5 février 2016 Share

L’AMICALE DES ÉTUDIANTS DE LA FLSH LANCE UN ULTIMATUM DE 20 JOURS

L’amicale des étudiants de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines(FLSH) a tenu ce vendredi 05janviers 2016 une assemblée générale dans laquelle ils dénoncent leur conditions pédagogiques et sociales mais également ils réclament que la justice soit faite pour l’étudiant Bassirou Faye dont le procès tarde à se faire compte tenu de la promesse qu’à fait le chef de l’État lors de sa dernière visite à l’UCAD.
Le président de l’amical M. As Takko Diagne eut à exprimer sur ses propos: qu’aujourd’hui la Faculté des lettre est victime d’une mascarade politique vis à vis des autorités qui dépensent de l’argent rien que pour des festivités alors que les conditions d’études ne sont pas réunies( les salles de travaux pratiques ne sont pas équipés avec le manque de tables bancs et d’encadreurs pour les Masters). Aussi il souligne le problème de la reforme des bourses surtout en ce qui concerne la bourse sociale dont l’effectif ne cesse de réduire allant de 2500 à moins de 700 et que la majeure partie des étudiants présente des cas sociaux.
Il s’y ajoute que la sélection du Master intègre un master professionnel gratuit pour ceux qui n’ont pas eu la chance d’être sélectionnés, qu’ils bénéficient directement d’une formation professionnelle qualifiante à leur sortie de l’université.
Saer Diouf président de la commission sociale dénonce l’attitude du SAES par rapport à la grève qu’ils entament pour une semaine alors qu’ils ne respectent même pas le quantum horaire qui leurs est fixé et que la majeur parti d’entre eux dépasse la date limite de leur voyage à l’étranger sans souci; Il termine en disant que seuls les professeurs et le gouvernement qui sont responsables des perturbations notées au sein de l’université et non pas les étudiants qui défendent leur droit.
L’amicale des étudiants de la FLSH donnent un ultimatum de 20 jours suite à l’attente de leurs revendications au delà de ce délai ils déclarent que l’UCAD connaîtra un bouillonnement sans précédent.

Commenter via Facebook

Comments

Pas encore de commentaire! Tu peux être le premier à commenter cet article !

Ecrire un commentaire

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *


*