24 novembre 2016 Share

Formation et insertion des jeunes de la Casamance : Trois entreprises privées signent une convention avec l’Uasz

Unies en affaire par la liaison Dakar-Ziguinchor, Cosama, Vivo energy et Wastsila veulent contribuer à la recherche de solution au problème de chômage des jeunes. Elles ont signé une convention de partenariat avec l’Université Assane Seck de Ziguinchor pour mieux former les jeunes du sud dans les métiers de l’énergie et du transport maritime afin de faciliter leur insertion.

C’est un regroupement de trois entreprises privées qui organisent cette année la 8e édition du Forum Rse Sénégal prévue le 07 décembre à Ziguinchor. Le Consortium sénégalais d’activités maritimes (Cosama), l’entreprise finlandaise Wastsila et Vivo energy Sénégal ont noué un partenariat avec l’Université Assane Seck de Ziguinchor pour contribuer à la formation et à l’insertion des jeunes de la Casamance dans leurs domaines d’activités. Le thème qui sera débattu est « la formation dans le domaine de l’énergie, de la logistique et des Tic comme levier de développement de la Casamance ». Cette initiative entre dans le cadre de leurs politiques Rse. « C’est ce qu’on attend des entreprises. La Rse n’a de sens que si l’on développe des approches collectives », s’est félicité Philippe Barry.

Le président de l’Initiative Rse Sénégal a rappelé qu’en matière de Rse, il y a trois choses importantes : la gouvernance, le dialogue entre les parties prenantes et la mise en place de projets structurants. Concernant la gouvernance, M. Barry a estimé que les entreprises doivent intégrer la Rse stratégique et accepter de rendre compte de leurs indicateurs pertinents. Selon lui, la Rse n’est pas une compilation d’actions ponctuelles comme on le voit de plus en plus. « Ce projet répond à un enjeu de développement durable qui est l’insertion professionnelle des jeunes », a soutenu Philippe Barry.

Pour le directeur marketing de Cosama, Abdou Salam Kane, avec le dragage du fleuve Casamance qui fait désormais plus de 7 mètres de profondeur, la réhabilitation prochaine du port de Ziguinchor et l’arrivée d’un nouveau navire de 4 à 5 milles tonnes, une véritable révolution maritime est en train de s’opérer. « La région Sud regorge un fort potentiel de main-d’œuvre. Avec ces projets, Ziguinchor deviendra le deuxième port après Dakar. Il y a des possibilités d’y développer des filières de formation dans le domaine maritime qui sont rares au Sénégal. Il y a certes un master dans ce domaine à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar qui d’ailleurs nous sollicite souvent pour des stages, mais il ne sera pas superflu de créer un master sous une autre forme à l’Université Assane Seck », a souligné M. Kane.

Si l’on en croit Mamadou Goumble, directeur général de Wastsila et coordonnateur du projet, le choix de la Casamance est dicté par sa position géographique. « La Casamance est une région un peu enclavé. C’est déterminant de mettre l’accent sur cette région où Wastsila a installé une centrale électrique, précisément à Boutoude. Nous avons estimé que l’action Rse aura un fort impact dans cette région », a déclaré M. Goumble. Selon lui, la pérennité des actions est aussi importante. C’est pourquoi ils ont porté leur choix sur l’éducation qui est « un axe principal du développement ». « Nous voulons voir comment influencer le cursus académique des étudiants et ce que nous pouvons ajouter d’important pour leur permettre d’être employables. Il y aura d’abord des offres de stage durant l’apprentissage et ensuite des recrutements après la formation », a laissé entendre le patron de Wastsila.

 

le soleil

Commenter via Facebook

Comments

Pas encore de commentaire! Tu peux être le premier à commenter cet article !

Ecrire un commentaire

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *


*